19 avril 2018 Témoignages

GuillaumeAprès avoir été spécialiste en oncologie médicale dans des hôpitaux de Saint-Etienne et de Chambéry, le Dr Guillaume Clavreul, 65 ans, consacre une partie de son temps libre aux enfants de L’ENVOL. Ce médecin bénévole raconte l’attention délicate portée aux enfants par le staff médical et les bénéfices des séjours sur la santé de ces jeunes gravement malades. Interview.

1976 : reçu à l’Internat de Lyon
1983 : un an à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu de Montréal, service oncohématologie.
1989 : création du service onco-médicale au CHU de Saint-Etienne avec un super collègue.
2014 : challenge de repartir « presque à zéro » à l’hôpital de Chambéry, toujours en onco.
2015 : découverte de L’ENVOL.

Quand et comment avez-vous commencé à vous investir à l’envol ?

J’ai entendu parler de L’ENVOL à la radio il y a deux ans. Ce que j’ai appris de l’association ce jour-là m’a donné envie de concrétiser mon désir de faire du bénévolat. Ancien spécialiste en oncologie médicale, je suis à la retraite depuis 2016, ce qui m’a permis de participer déjà à quatre sessions de l’association en tant que médecin bénévole.

Quelle supervision médicale L’ENVOL garantit-il à ses jeunes bénéficiaires ?

Un médecin et trois infirmiers sont mobilisés sur chaque session. Le staff médical arrive avant les enfants pour faire connaissance avec les dossiers et déterminer quelles seront les modalités de surveillance pour les 40 jeunes qui vont arriver. Pendant les sessions, le médecin et les infirmiers sont totalement disponibles dans la journée. Chaque nuit, une personne du staff médical est d’astreinte dans une chambre bien identifiée de sorte à être joignable très rapidement. L’ENVOL propose des séjours extraordinaires à des enfants qui le sont tout autant. Nous développons une approche au cas par cas, sur mesure, pour les accueillir. La qualité de l’accompagnement médical de L’ENVOL est reconnue. Cet accompagnement ne se déroule pas en vase clos. Il est mené en concertation avec d’autres professionnels de santé et un réseau de 40 hôpitaux associés.

Infirmiers

“Le partage, la solidarité, la camaraderie, l’échange : toutes ces vertus de L’ENVOL, qui sont si bien résumées sur cette photo avec les 3 infirmiers en prince et princesses et Axelle, la coordinatrice du château. C’est vraiment sympa d’être déguisé et on voit bien que ça permet de complétement changer les choses pour les enfants : il n’y a pas de médecin, il n’y a pas d’infirmerie, tout est supprimé pour laisser place à l’imaginaire.”

Le médecin et les infirmiers arrivent à rendre leur présence “fun”. Pouvez-vous nous expliquer comment ?

A L’ENVOL, l’infirmerie s’appelle le château. Dans un château en principe il y a un roi : c’est moi, le médecin ! Je porte un déguisement, de façon à dédramatiser et pour que l’ambiance soit plus légère que dans un hôpital. Les infirmières et les infirmiers sont des princesses et des princes. Ils reçoivent les enfants en costumes au moment de la distribution des médicaments. L’infirmerie de L’ENVOL est une infirmerie comme les enfants n’ont pas l’habitude d’en voir !

Quel est le rôle du comité médical de l’association ?

Il y a quelques permanents à L’ENVOL et notamment un médecin qui sélectionne les dossiers des enfants souhaitant participer à un séjour de l’association. Les activités sont adaptées au maximum aux enfants et leurs capacités pour les sessions. Pour participer à une session de L’ENVOL, il faut que l’enfant soit dans une situation stable pour qu’il n’y ait pas de risque à ce qu’il sorte de son environnement habituel.

L’ENVOL est la seule association française accueillant à la fois des enfants atteints de cancers mais également de pathologies hématologiques chroniques – telles que l’hémophilie, la drépanocytose et le VIH – pour lesquelles l’offre de séjours est quasi inexistante. L’ENVOL accueille 26 pathologies à ce jour et place la mixité des pathologies au cœur de son projet, avec la volonté de faire venir des enfants de toute la France.

Avez-vous été témoin de l’amélioration du bien-être et de la santé des enfants de L’ENVOL ?

Tout à fait. Ce qui est très frappant, étonnant et encourageant, c’est qu’on voit des enfants arriver un peu craintifs et introvertis. On les voit se lâcher progressivement grâce à l’intégration dans un groupe d’enfants qui ont eux-aussi des soucis et grâce à tout ce qui est mis en place par les bénévoles. En sept jours, on les voit qui reprennent le sourire et de l’énergie, en participant à des activités qu’ils n’ont pas l’habitude de faire et en étant avec d’autres jeunes. On voit que pour eux c’est un moment très particulier, très riche et très fort. Les bénéfices des vacances avec L’ENVOL sont spectaculaires. La confiance en soi perdure après le séjour pour 2 enfants concernés sur 3.

Et quelques enfants sortent véritablement transformés par leur expérience. Ils sont en effet 1 sur 3 à perdre leur timidité, s’ouvrir aux autres et s’épanouir durablement. Ce n’est pas moi qui le dit, mais une étude réalisée en 2016 par le cabinet Kimso.